Retour à l’accueil > Auteurs > ROUANET Marie > « L’Arpenteur » ou le passeur de mémoire

Marie Rouanet

« L’Arpenteur » ou le passeur de mémoire

Elle chante avec une belle énergie autant qu’une belle voix, elle raconte avec bonheur l’enfance, le monde paysan, la cuisine et les terroirs. Marie Rouanet, qui se bat aussi pour la langue d’Oc ou contre le nucléaire, est une femme pleine de ressources, de talents et d’empathie. Elle a connu la consécration avec « Nous les filles », mais bien d’autres ouvrages ont paru depuis, dont des romans explorant le passé proche d’un monde rural en mutation. Ainsi en est-il de « L’Arpenteur »



JPEG - 93.3 ko
Marie Rouanet par Jean-Pol Stercq

Le dernier roman de Marie Rouanet qui se situe dans les années cinquante et soixante, raconte une sorte d’initiation, celle d’Émile, le narrateur, revenu pour sa retraite dans le moulin de ses parents à Bourg-en-Rouergue. Celui qui va changer sa vie, il l’appelle l’Arpenteur, parce qu’il le voit battre la campagne jour et nuit, dans une mystérieuse quête. Cet homme au physique disgracieux n’est autre que le nouveau notaire, un divorcé, peu loquace, étranger au village dont il est un parfait connaisseur de par sa profession. Il éveille donc les soupçons, suscite les rumeurs, on pense qu’il veut racheter toute les terres car le cadastre n’a pas plus de secrets pour lui que l’histoire des familles dont il semble très féru.
Émile va le rencontrer et nouer avec lui une amitié à sens unique, car l’Arpenteur demeure un être froid, taiseux, peu enclin aux effusions. Sans illusions sur le sens de la vie individuelle. « Il arrive un moment où tout effort pour retrouver ou conserver paraît dérisoire. (…) De toute façon nous aboutissons tous au désert », convient-il. Et à la question, « Alors la mémoire, à quoi sert-elle ? », il répond : « Elle travaille pour celui qui la porte. Dans l’instant, utile pour l’instant. Inutile pour les morts. »

La geste des quotidiens

Au fil des années, il va pourtant apprendre à son hôte, qui l’invite régulièrement à sa table, à comprendre la campagne, la cartographie, les bâtisses en ruines ou disparues et les paysages en réveillant le passé qui les a façonnés. Le marcheur solitaire n’est en fait rien d’autre qu’un passeur de mémoire, à une époque où le monde rural est en train de muter, pour ne pas dire de disparaître. Il va faire d’Émile le dépositaire des « savoirs abyssaux » du territoire et de l’existence paysanne. « Il avait aplani les chemins comme Jean le Baptiste afin que je pusse recevoir d’autres flux de mémoire, d’autres savoirs. Et que les eaux de la marée humaine me pénètrent et transitent par moi. »

JPEG - 61.7 ko
Marie Rouanet à Montpellier
Photo François Collard

Écrivain, auteur-compositeur et chanteuse, réalisatrice de films documentaires, c’est aussi en ethnologue, avec la passion de la vie des gens, de la geste des quotidiens et du terroir occitan que Marie Rouanet entraîne son lecteur dans ses descriptions réalistes des rites domestiques, des travaux de la campagne et dans ses riches évocations de la nature.
Le plaisir de la langue est patent et fait tout le charme de l’écriture de Marie Rouanet, à la fois très précise, savoureuse et poétique. Écoutons-là un instant : « A-t-on jamais une autre possession que celle des sens s’appropriant le monde et dans l’instant même où l’on regarde la ligne des collines, le velours des labours, le jaune des emblavures suivi du jaune plus doux des éteules, bientôt gagné par la verdure des grains tombés qui regerment et les arbres dont la courbe indique les vents dominants ? »
Une écriture tout entière ouverte à l’intelligence du monde.

Michel Baglin



Lire aussi :

Marie Rouanet : DOSSIER
Marie Rouanet : « Territoires sonores » (Michel Baglin) Lire
Marie Rouanet : « Arrière-boutique et autres textes » (Michel Baglin) Lire
Marie Rouanet & Éric Teissèdre : « Mon rouge Rougier » (Jacques Ibanès) Lire
Marie Rouanet : « Murmures pour Jean Hugo » (Michel Baglin) Lire
Marie Rouanet : « Année blanche » (Michel Baglin) Lire
Marie Rouanet : « Enfantine » en six nouvelles » (Michel Baglin) Lire
Marie Rouanet : « L’Arpenteur » Michel Baglin) Lire
Marie Rouanet : « Des femmes » (Michel Baglin) Lire



dimanche 29 avril 2012, par Michel Baglin

Messages

Remonter en haut de la page


Marie Rouanet
« L’Arpenteur »


Albin Michel
181 pages 15 €
ISBN : 2226238387



Marie Rouanet

Marie Rouanet (Maria Roanet), est née en 1936, à Béziers d’un père mécanicien. Après l’École normale, elle écrit ses premiers récits en occitan tout en menant parallèlement une carrière de chanteuse et auteur compositeur en langue d’Oc. Elle devient en 1976 déléguée au patrimoine à la mairie de Béziers. C’est en 1990, qu’elle publie son grand succès, « Nous les filles » , où elle raconte son enfance.
Bien des ouvrages ont paru depuis, toujours remarqués. Notamment « La marche lente des glaciers », une réflexion sur le vieillissement, « Les Enfants du bagne » sur l’enfance maltraitée, ou plus récemment « Luxueuse austérité » . Elle a également consacré de succulents livres à la cuisine dont « Mémoires du gout » .
Elle réside aujourd’hui en Aveyron où elle vécut avec son mari, l’écrivain et poète Yves Rouquette, décédé en janvier 2015.



A propos de "Des femmes"



Les dernières lectures de Michel Baglin



-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0