Retour à l’accueil > Auteurs > ALLIX Guy > « Le Petit Peintre et la vague »

Guy Allix

« Le Petit Peintre et la vague »




Entrer en contact avec les mots d’un poète dont on connaît au préalable les qualités humaines sur le plan amical, ne rend pas la lecture aisée. Mais dans le cas de Guy Allix, n’est-ce pas tout d’abord - que l’on s’en souvienne bien - la voix du poète en lui que l’on aura la première fois entendue ? Et, après tout, de l’homme au poète, du poète à l’homme, la voix est-elle différente ? La présence de Guy Allix est telle - discrètement empreinte de générosité, de soleil et d’humilité - que l’on se sent comme chez soi dans son univers, et que les sillons creusés par ses mots sont ceux qu’empruntent nos chemins d’existence.
L’âme d’enfant qu’il a gardée se retrouve en l’occurrence dans cette histoire toute de poésie et d’humanité que raconte « Le Petit Peintre et la vague », album pour la jeunesse paru aux éditions coop-breizh Beluga en juin 2014 : « (…) L’histoire d’un Petit Peintre qui entreprend dans un rêve, modeste et fou, de capturer, sur la surface lisse de sa toile, la plus belle vague que lui offrira la mer. » (Frank Lanot).
Les contes ont une âme éternelle, il suffit d’un poète pour s’en saisir et souffler sur la page l’écume, le sable chaud des rêves, le chant du Large. De là à écrire que Guy Allix serait notre Petit Prince de la poésie en même temps qu’il nous en offre ici une autre aventure, nous le croyons et seule une vague contrariante et méchante pourrait vouloir nous contester cette comparaison. Car le Petit Peintre que Guy Allix nous raconte dans ce délicieux album signé avec Martine Delerm, est bien celui au rêve de gosse assez fou pour oser rêver, contre vents et marées, capturer la plus belle vague qui soit. Or qui pourrait rêver telle capture sinon un fou, un rêveur "grave", un enfant, un… poète ?
Guy Allix, comme son Petit Peintre persiste dans ce rêve fou, qu’il signe de ses poèmes et on l’en remercie, comme nous le remercions de nous entraîner dans son rêve. Il en poursuit le voyage dans ses mots comme dans la vie, Petit Poucet itou d’une Aurore authentique qui n’aurait « peur que de l’absence d’amour dans le monde » …

(Guy Allix : « Le Petit Peintre et la vague », éditions Béluga ; 2014. Illustré par Martine Delerm. 32 p. – 11 €)
Murielle Compère-Demarcy



mardi 18 avril 2017

Remonter en haut de la page



Guy Allix

Guy Allix est né dans le Nord, Douai, le 4 juin 1953. A partir de 1968, vit en Bretagne - pour lui la « terre d’éveil » - , à Rennes. Exerce divers « petits métiers ». Il s’installe en Normandie où il vit depuis 1975. Il a été professeur de lettres à l’IUFM de Caen. Il a consacré un D.E.A au poète Jean Follain. Il a collaboré à Ouest-France, Normandie-Magazine et au Monde libertaire et tient des chroniques régulières dans les « Cahiers du sens ».



LIRE AUSSI :

Guy Allix : DOSSIER
Guy Allix : « Maman, j’ai oublié le titre de notre histoire » suivi de « Félix, une voix sans parole » (Lucien Wasselin) Lire
Guy Allix : « Le sang le soir ». (Michel Baglin) & (Murielle Compère-Demarcy) Lire
Guy Allix : « Poèmes pour Robinson » (Georges Cathalo) Lire & (Michel Baglin) Lire
Guy Allix : « Le Petit Peintre et la vague » (Murielle Compère-Demarcy) Lire
Guy Allix : « Survivre et mourir » » (Michel Baglin) Lire
Guy Allix & Marie-Josée Christien : « Correspondances » (Michel Baglin) Lire



-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0