Retour à l’accueil > Auteurs > CHATARD Jean > Un revuiste au long cours

Jean Chatard

Un revuiste au long cours



Si l’on observe la bibliographie de Jean Chatard, l’on constate que, sur près de 20 ans, de 1967 à 1987, sept de ses dix premiers livres ont paru chez des éditeurs-revuistes. Dès ses débuts, Chatard s’est donc plongé dans l’univers foisonnant des revues de poésie et depuis, il n’en est jamais ressorti.
Le marin qu’il n’a jamais cessé d’être s’est embarqué en 1965 à bord du Puits de l’Ermite pour une aventureuse traversée faite de rencontres et de projets, de passions et de ruptures, de discussions et de révoltes. La belle aventure s’interrompit en 1979 mais l’appel du large était le plus fort et Chatard repartit à bord de La Foire à Bras pilotée par Jean-Jacques Reboux, de La Nouvelle Tour de Feu dirigée par Michel Héroult et surtout de Traces avec, à la barre, Michel-François Lavaur.
Après avoir vainement tenté en 1973 de fonder une organisation revuistique sur des bases collectives, Chatard avait dû renoncer pour « choisir un travail plus solitaire, plus constructif, travail qui n’exclut nullement l’échange et la contradiction ». Ce n’est qu’en 1985 qu’il décida de se placer au commandement d’un navire à la barre duquel il allait se tenir pendant sept années. Il l’intitula Soleil des Loups, en référence à Tristan Corbière et la sous-titra : Poésie et fantastique. Avec ce « symbole de l’alliance magique », l’orientation majeure de la revue était ainsi donnée mais Chatard demeurait « conscient de la difficulté de l’entreprise ». Le résultat fut à la hauteur des ambitions car la revue reçut des éloges de toutes parts tout en attirant un nombre considérable d’auteurs et de lecteurs.
Cette navigation hauturière sur de solides vaisseaux ou sur de frêles embarcations n’a cessé de fasciner cet éternel marin et d’entretenir chez lui une éternelle jeunesse. Il a posé son sac dans des centaines de revues, des plus modestes aux plus huppées ; c’est à leur bord qu’il a choisi d’embarquer parfois pour d’improbables croisières ou pour d’épiques traversées. Qu’y trouve-t-il ? Assurément ce qu’il est venu y chercher : amitié, mystère, chaleur humaine, aventure, passion, fraternité…
A partir de ce simple énoncé, il est facile de composer le portrait fidèle de ce revuiste au long cours.

Georges Cathalo –juin 2008


(Article déjà paru dans TRACES N°173 en 2009)



Lire aussi :

« Sous le couvercle de la nuit »

« Les archives de la nuit », une anthologie

« Clameurs du jour »

« Dites-moi à quelle heure… »

« Et toute la plage s’effondre, tu sais bien »

Jean Chatard, Un revuiste au long cours

Jean-Claude Tardif & Jean Chatard : « Choisir l’été »



mardi 30 mars 2010, par Georges Cathalo

Messages

  • bonjour,

    Etant poète,je connais bien sûr Jean Chatard de réputation...ET AUSSI POUR L AVOIR LU, bien entendu (comme critique littéraire et comme auteur...)
    Je cherche à retrouver des exemplaires de la revue "Le soleil des Loups", une des revues parmi les meilleures jamais publiées...J’en avais quelques exemplaires...Hélas, un champignon parasitaire, suite à des travaux d’un voisin, a eu raison, il y a quelques années d’une partie de ma bibliothèque composée en grande partie de poètes...
    Parmi les livres "victimes", les quelques rares exemplaires que j’avais de cette revue...Depuis, je m’évertue, progressivement, à reconstituer ce qui est possible et j’y parviens assez bien...via les bouquinistes, etc...
    à bientôt, peut-être ;merci
    PATRICK DEVAUX
    patrick.devaux@skynet.be

Remonter en haut de la page



Œuvres principales :

Bruits d’escale (Le Puits de l’Ermite éd., 1967)
Monde rouillé (Traces éd., 1967)
L’homme debout (Traces éd., 1968), préface de Norge
Chercher le jour (Fagne éd., 1977)
Les ordres de l’instant (La Nouvelle Tour de Feu éd., 1985)
Le soleil des épidermes (Soleil Natal éd., 1988)
Amours d’herbe (Traces éd., 1990)
Le naufrage des certitudes (Soleil Natal éd., 1993)
Fauves scories (L’Arbre à Paroles éd., 1994)
Les laisses de l’amour ordinaire (Polder éd., 1994)
Les balanciers de l’insomnie (L’Arbre à Paroles éd., 1996)
Correspondances (La Bartavelle éd., 1997), avec Jean-Claude Tardif
L’enfer par contumace (Froissart éd., 2000)
Totems (Clapas éd., 2001)
Pour le plaisir des hirondelles (Soc et Foc éd., 2005)
Les archives de la nuit (L’Arbre à Paroles éd., 2007), anthologie

Jean Chatard a publié de nombreux ouvrages à tirage limité le plus souvent illustrés par Claudine Goux, Gérard Sendrey, Hélène Roy, Philippe Brahy,…

-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0